28.3.07

54, 74 ou 81?


Vous aviez un doute sur mon grain de folie... Je confirme: j'ai une araignée au plafond.

Onze heures.
Opération filature. On ne dit plus "c'est lundi, c'est ravioli", mais "c'est lundi, qui as-tu suivi?"
Petite forme aujourd'hui. Je reste dans les parages. Bus 95 jusqu'à la place de Clichy. Un bouquin m'attend à la Librairie de Paris. Mais avant, un p'tit noir au café le Petit Poucet. J'adore l'effervescence du quartier.
Aujourd'hui, je ne me sens pas de prendre le métro. Pour me retrouver à l'autre bout de Paris, non merci. Je vais me planter à une bouche de métro et attendre. Ceux qui en sortent ont fini leur trajet en commun. Et resteront dans le coin. Y a des chances. J'attends quelqu'un d'intéressant... C'est quoi ça quelqu'un d'intéressant? Je fais confiance à mon sixième sens.
Changement de programme: à la caisse de la librairie, une jeune femme, la trentaine, laisse un dossier au libraire. "Bonjour! Je suis Sophie Truc du théâtre de Gennevilliers." Puis s'en va. C'est elle. Je la suis. Elle me tient la porte, je lui dis merci.
Sur le terrain, je découvre le b.a. ba du parfait suiveur: trottoir inverse, distance étudiée. Avenue de Clichy, ses boutiques moches, la circulation. Elle porte un blouson chocolat et un sac à dos apparemment bien rempli. Les mains dans les poches, il fait froid. Je ne la perds pas de vue, elle est en face, s'assoit sur le banc de l'abribus. Je traverse. Je me poste derrière l'abri, et attends le bus qu'elle attend. Le plan de Paris affiché sur la paroi vitrée nous cache. 54, 74 ou 81? Lequel va-t-on prendre? Vais-je le prendre? Pour aller où? Mais fais-lui confiance, c'est elle qui te guide, bon sang! Je suis Sophie Truc.
Sophie... Sophie, c'est le prénom de ma soeur, ça. Tiens, elles se ressemblent. Un peu. Le même côté garçonne. Mais qu'est-ce que je viens mettre ma soeur là-dedans?
Sophie? Ou alors... est-ce le mot "théâtre" qui m'a persuadé? Est-ce un signe? Suivre ma voie. J'ai une audition vendredi. Pour jouer à Rennes. Suivre des gens à Rennes. Un spectateur.
Le bus 54 se pointe. Elle se lève, monte. Je monte et vais m'asseoir trois rangs derrière. Elle porte une écharpe bleu roi. Elle se mouche, range son mouchoir dans sa poche gauche, saisit un petit objet en plastique. Du fond de teint. De l'index droit à la joue droite. Avoir bonne mine, c'est important. Une voix enregistrée nous renseigne sur la direction: Genevilliers. Ben tiens, elle va au théâtre. Je suis Sophie Truc. Si elle savait...
Je décide de la laisser. Le périph', c'est la limite. Prochain arrêt, je descends. Brochant-Cardinet, rue Berzélius. Le bus file. Bye bye Sophie.
Tiens! Une librairie. Sur le trottoir, une pile de bouquins à un euro, je vais y fourrer mon nez.

5 commentaires:

Gahyia a dit…

C'est bizarre, j'ai cherché mais pas de Sophie Truc au Théâtre de Gennevilliers, une Sylvie machin plutôt.

ohlebeaujour a dit…

oops pardon, j'm'a trompé!
vous connaissez Sylvie Machin? car j'ai quelques spectacles prêt-à-jouer à placer çà et là...
en tout cas, merci pour la belle promenade photographique sur votre blog.

jo a dit…

C'est tout... Tu aurais pu aller jusqu'au théâtre, non ?

Tu aimes les arts, non ? Elle y jouait peut-être ?

Si tu tombes encore dessus, par hasard, tu nous racontes !

Amitiés.

ohlebeaujour a dit…

Bonsoir Joséphine
j'aime les arts? les arts donnent un sens à la vie!
Amitiés itou
Laurent

Gahyia a dit…

Non je ne connais pas Sophie Truc mais je dirai qu'elle s'occupe des relations avec le public, c'est aussi mon métier dans le théâtre et ça vaut le coup de nous suivre, on fait parfois de belles rencontres artistiques...
Je continues à penser que vous auriez du la suivre...En tout cas ces filages me donnent des envies, Paris est un tel terrain de jeu !

Heureuse que vous ayez apprécié la promenade photographique sur mon blog !