9.3.08

nous avons traîné nos guêtres...


Le Vagabond présente son recueil de nouvelles

Michelle, Claudio et moi-même avons fait l'école buissonnière dans le Périgord pourpre. Mercredi, après avoir manqué tomber en panne sur l'A62, nous avons écouté le Vagabond nous raconter du Neil Gaiman, nous avons admiré les toiles de Stéphane Nicolet (devant lesquelles contait le conteur), bu et parlé avec Elisabeth, Monique, Fabien, Maurice, Jean-Claude, etc. Tout ceci à Prigonrieux (24). A près de deux heures du matin, le ciel était encore étoilé.

Jeudi, j'ai fait visiter Bergerac à mes amis. Nous avons dégusté un excellent vin blanc (sec) dont la demoiselle du CIVRB nous vantait étrangement les mérites : "alors oui, évidemment... au premier abord, il y a ce goût de pipi de chat..." malgré cette étonnante entrée en matière, nous avons acheté 12 bouteilles de ce délicieux vin.

En descendant la route pentue qui venait de Bridoire (sublime château bientôt mis en vente par l'Etat), six biches et chevreuils nous ont offert le spectacle de leur grâce.

Vendredi soir, après quelques contes chez Coline, nous avons traîné nos guêtres dans un bar où se produisait un groupe local. A une heure du matin, les fumeurs jusque-là cantonnés dans leur box fumeur rejoignent la clientèle privilégiée. Le patron : "A partir d'une heure, les flics ne verbalisent plus." Je ne fume pas mais je suis content de retrouver la véritable ambiance d'un bar où l'on envoie paître une loi inique. Deux heures trente, dodo... zzzzzzzzzz sept heures trente, la petite Alice, quatre ans, pénètre dans la chambre des mes amis: "maman, maman..." Michelle puise au fin fond d'un puits de patience une réponse presque stoïque: "non, je ne suis pas ta maman."

Pour celles et ceux qui étaient là (ou pas) et que ça intéresse : le Vagabond sévit régulièrement sur radio Albigès (écoutable dans le monde entier) sur www.radioalbiges.com : le mardi à 10h, le jeudi à 19h, le dimanche à 17h30

9 commentaires:

Anonyme a dit…

"Soudain, M. se réveilla. Oui, il s'agissait bien de l'aînée de ses quatres enfants, dont deux qui têtaient encore goulûment à chacun de ses seins gonflés de lait maternel. Où était donc leur père ? Un ronflement indiscret la rassura très vite. C. jouait, inconscient, à "Tu me tiens par la barbichette" durant son sommeil avec le dernier nourrisson..." The nightmare before Easter

MDR

Laurent Delpit a dit…

je vois que MDR est en grande forme

Anonyme a dit…

Récit fort bien écrit. On dirait du Maupassant ;-)

Laurent Delpit a dit…

oh là là, cher anonyme, tu mets la barre très haut

a dit…

Ben tu sais quoi ? Maman et moi on pleure de ne pas avoir été avec vous. On se sent un peu seuls dans notre coin en ce moment. Bah ça va passer, le printemps arrive, les p'tits oiseaux feront cuicui, la sève montera dans les branches, nous gambaderons dans l'appartement...

Anonyme a dit…

Commentaire de la photo : "Alors, si vous penchez le livre légèrement de ce côté, vous pourrez lire le texte normalement." ;)

Edith Maufaiss-Lang

Réseau bib a dit…

Excellents moments.Les vins étaient bien aussi entre les soirées contes (J'ai une réputation de quasi alcoolique à assumer maintenant).

Je n'ai même pas mis un mot pour dire "vous revenez quand vous voulez"..Ah ben voilà, du coup, c'est fait forcément...L'équipe est partante pour d'autres voyages à priori.

A bientôt Laurent, Claudio, Michèle..

F.

Réseau bib a dit…

Laurent, je viens de te piquer cette photo de Claudio avec son recueil à la main pour compléter notre article de la semaine...

J'ai vu ton mot sur un très vieil article du blog des bibs..un roman quadrumane? ;)

Fabien.

Laurent Delpit a dit…

Cher directeur, tu as bien fait
en ce qui concerne le roman quadrumane, je t'en parlerai quand nous aurons avancé (mes mains et celles de mon co-auteur) ... plus on en parle, moins on écrit

Laurent