29.1.09

"Femme debout", extraits...



Ségolène Royal se confie longuement dans un ouvrage à paraître prochainement, intitulé Femme Debout *, et dont Le Nouvel Observateur de jeudi publie les bonnes feuilles. La candidate socialiste à l'élection présidentielle de 2007 revient sur une année politique agitée, égratigne Martine Aubry et les éléphants du PS, et tacle sévèrement Nicolas Sarkozy. Sans oublier d'évoquer 2012.

Extraits :

"Grimper aux rideaux, hurler comme des vierges effarouchées et raconter n'importe quoi au fil des éditos parce que je me suis coiffée au Babyliss, que je portais une tunique bleue et un jean, vous parlez d'une transgression ! Si c'est ça transgresser, on est des millions à s'asseoir sur notre surmoi! (...) Forcément ce que je fais est nul, forcément moi c'est à quitte ou double! Forcément je fais de la com'! (...) Et en plus ils me copieront. C'est certain. Tous ceux qui me critiquent feront pareil dans quelques années, vous verrez. Aujourd'hui, pas un ne peut attirer 4 000 personnes sur son nom, à part Sarko bien sûr mais vous verrez. (...) Ce qui les a fait se déchaîner, en in ou en off, c'est la phrase: "Rien ne me fera reculer!""Bon, on va laisser Ségolène faire son Zénith et comme ça, après, elle ne nous emmerdera plus." Il y avait de ça dans les commentaires. Raté."

A propos de Nicolas Sarkozy : Quand il m'a reçue à l'Élysée, peu après la défaite, pour parler de l'Europe, je l'ai trouvé assez médiocre dans le comportement. Il n'y avait pas de hauteur, d'allure, d'élan, de fair-play. Il aurait pu dire: "Félicitations, nous avons bien combattu, vous portez dix-sept millions de voix." Non, rien, il était là, les bras ballants, à m'offrir des chocolats, à essayer de me faire parler de ma séparation d'avec François Hollande, à dauber sur des journalistes, à exhiber sa montre et à me dire qu'il était là mais qu'il aurait pu être ailleurs "à faire du fric". Pas méchant mais pas l'allure. En fait, il est bien plus fade qu'on ne le croit. Sa force vitale est impressionnante mais c'est vraiment un m'as-tu-vu. Fade, c'est le mot que j'emploierais. Un petit gamin heureux d'être au milieu de ses nouveaux jouets, vous savez, le môme qui a gagné le pompon sur le manège. Avec sa petite étoile de shérif et son pistolet en plastique, son déguisement de cowboy. Il est monté sur le plus grand cheval et il a décroché le pompon. Bingo!"

(*) Femme debout, par Ségolène Royal. Entretiens avec Françoise Degois. éditions Denoël.
(source leJDD.fr)

9 commentaires:

NanouB973 a dit…

tiens, çà m'a fait plaisir de lire çà même si moi ils me gonflent tous . On peut dire qu'elle a du tempérament cette Ségolène.
Pas trop dure les grèves aujourd'hui§ Ici c'est une autre planète !!!

deef a dit…

Merci de ton passage chez moi, j'avais lu ton blogue hier et c'est également un plaisir ;))
Il est désormais dans mes favoris et je reviendrai après mon séjour au pays des neiges et du froid polaire (gla-gla)

cultu avec un p'tit c a dit…

gLoUpS...moi elle me gonfle Ségolène, de plus en plus. Oser comparer la fête de l'humanité qui est quand même une fête plus que populaire ( je ne suis pas au PC) à sa messe au Zenith que j'ai quitté prématurément écœuré , faut quand même un sacré culot. Je ne vais pas acheter le bouquin, franchement, ce genre de machin ne m'intéresse vraiment pas, les bonnes feuilles du NO, comme tu dis , me suffisent. La critique de Nicolas Sarkozy est excellente.
à bientôt
:-)

Tulipe a dit…

je n'achèterai pas non plus, me contenterai d'extraits lus ici ou là... un tort peut-être parce que j' n'en aurai qu'un tout petit aperçu et pas forcément le bon éclairage.
mais cette impression d'éternels règlement de comptes, j'en ai assez.
le temps file et rien ne me semble se construire vraiment face à Sarkozy.
j'espère me tromper.
effectivement elle n'a sûrement pas tort concernant le président.

Plume a dit…

merci pour ces extraits (surtout le second !).

Je me contente de littérature quand il s'agit d'acheter des livres, peu de chance que celui-ci finisse dans ma bibliothèque donc, mais c'est intéressant de savoir un peu de quoi il retourne ( et le ton , le ton !)

bbjane a dit…

Cette femme debout, je m'assieds dessus...
Il y a des limites -- paraît-il -- à la crétinerie satisfaite. Le grand mérite de Ségolène est de s'obstiner à les franchir, avec une détermination et une efficacité rares.
Prose pauvre ; programme inexistant...
Pas de doute : Bécassine, c'est (plus que) sa cousine...

The Célinette a dit…

Elle écrit vraiment comme ça ? Je veux dire avec ce style ? On dirait du langage parlé ? Que de haine, et si peu de construction.

Je n'aime pas cette femme. Elle a un égo démesuré. J'ai voté pour elle par dépit. Si nous avons les mêmes finalistes en 2012 pour la première fois de ma vie, je voterai blanc.

ysa a dit…

C'est pas ma préférée au PS, d'ailleurs je me demande si j'ai encore un préféré.... j'ai passé 10ans dans ce parti et je n'y retrouve rien des valeurs que je défendais....

kielut a dit…

Cela fait vraiment mal de lire ses propos de femme "mal baisée".