13.2.09

cherche Tchèque pour traduire lettres grand-père tchèque (2)


cliquez sur la lettre pour l'agrandir

La petite annonce « cherche Tchèque pour traduire lettres grand-père tchèque » a éveillé chez certains d'entre vous une fibre détective. Juan-Miguel puis Philippe ont « trouvé » respectivement un Français parlant tchèque et un Tchèque amoureux de la langue française. Il s'agissait de traduire quatre lettres pour Magalie. Des pièces manquantes au puzzle qu'elle s'efforce d'achever à propos de son grand-père.

Josef K a 86 ans et vit en Saône-et-Loire. Il a été condamné le 4 février 1947, quelques semaines après avoir fui son pays. Pour les Allemands, il était coupable d'avoir déserté leur armée, pour les Russes et les Tchèques parce qu'il s'était engagé dans l'armée allemande. Il encourait à l'époque 25 ans de prison pour cela. Dans les années 90, il semblait être motivé pour refaire un tour "là-bas", d'où les démarches juridiques pour s'assurer qu'il ne risquait pas d'être importuné par les autorités. Mais il n'est pas allé au bout de son projet. Aujourd'hui, il ne voit pas bien ce qu'il irait faire là-bas. Toute sa génération ayant disparu, et ses frères plus jeunes avant lui. Magalie a tissé des liens avec une de ses petites nièces, Pavlina, qui est morte dans son sommeil avant même d'avoir eu 20 ans.

Deux ans plus tard, Magalie a renoué avec une autre petite nièce de Josef, Olga B. Depuis, Magalie et son homme (l'auteur de la photo d’un Pierrot dansant avec le vent) sont attendus de pied ferme en Bohème.

Magalie travaille actuellement sur le récit de la vie de son grand-père. Comme elle attend un enfant, elle a à cœur de connaître et transmettre son histoire. D'après elle, une grande partie de la famille risque de tomber des nues. Apparemment, chacun s'est tricoté "sa" légende à propos de l'aïeul, à propos de ses origines ; chacun à sa façon a comblé maladroitement le silence du grand-père par des mythes, des secrets qu'il serait le premier à démentir si on prenait la peine de le questionner et de l’écouter.


Merci à Magalie d'avoir bien voulu partager un bout de son grand-père. Merci à Fanda, jeune homme de 40 ans, résidant à Brno – République tchèque, qui s'est improvisé traducteur. Avec brio et générosité.

2 commentaires:

sophie a dit…

voilà un article qui me fait plaisir!
je me demandais bien (grigriteuse curieuse que je suis) qui était ce grand-père tchèque!
c'est une belle recherche, une belle idée que ce livre ...
sophie (des grigris)

Julie a dit…

C'est émouvant d'une étrange manière, les histoires de nos familles qui se mélangent à celle avec un grand H. J'ai pas eu le temps de traduire mon grand-père avant qu'il oublie tout...
Mais c'est marrant, j'ai cherché ici, je connais un Franco-Germano-Roumain, un Franco-Hongrois, plusieurs Franco-Polonais ou Polonais tout cours et aussi un Franco-Ukrainien, mais pas de Tchèque ou Franco-Tchèque. Dommage :)

Bisou à toi, waiting for your spanish pictures ^^