5.2.07

don du sang (1)


J'illustre ma colère avec une oeuvre de Marc Chagall représentant l'amour. Vous comprendrez en lisant la suite....

Comme me le disait mon amie, la colère me tient debout. On tient comme on peut.
Cela fait dix ans que l'on refuse mon sang, et mes plaquettes.
Pourquoi?
Parce que je suis homo.
ça n'est pas une plaisanterie mais la stricte vérité. Certains d'entre vous le savent déjà. Beaucoup ont baissé les bras contre cette triste réalité.
Je me renseigne auprès de l'EFS (Etablissement Français du Sang)
La Direction de la Communication me répond par un communiqué imparable dont je vous dispense les chiffres et les arguments.
Je reçois quasiment la même réponse de l'association Laurette Fugain. Hormis un semblant de compréhension, ils suggèrent aux exclus tel que moi d'inciter ceux qui peuvent donner à le faire.

je réponds à l'EFS:
Madame, merci pour votre réponse rapide qui, je dois l'avouer, me consterne.
Ca n'est pas parce qu'une population est exclue que je suis outré mais par l'hypocrisie édifiante qui sous-tend votre argumentation.
Vous dites, qu'il s'agit d'un don altruiste, mais
évidemment! Je ne suis pas en colère contre la discrimination caractérisée (passe encore...) mais contre le refus du don de sang et de plaquettes aux malades. Je suis d'un rhésus particulièrement convoité (considéré comme "donneur universel" O+) mais on refuse aux malades mon sang et mes plaquettes... ils n'ont qu'à crever en paix. Je préfère la provocation à la langue de bois.
Attention:
le principe de précaution peut être mortel.
Je ne mets pas en doute vos statistiques (quoique...), mais je soumets à votre sagacité une réflexion: les hétéros font rarement le test HIV, donc en toute logique n'apparaissent pas (ou peu) dans vos chiffres. Ma meilleure amie qui connait mes pratiques on ne peut plus saine est scandalisée, elle me dit: Je connais les hommes de ma génération (la cinquantaine), la capote ça n'est pas leur truc, alors ne parlons même pas du test HIV, ces gens ont peut-être contracté le virus et donnent leur sang sans que personne ne lève le petit doigt, ou le panneau magique "principe de précaution". Je ne caricature qu'à peine la situation, croyez-moi. Mais, malheureusement, vous me direz, je ne suis ni scientifique ni spécialiste.
A la lecture du mail que j'ai soumis à quelques amis,
tous, hétéros, homos, citoyens, ont été affligés.
Nous nageons dans le politiquement correct.
Le poliquement correct et vomitif.
Face à une institution étatique, je ne fais pas le poids, mais dans notre société médiatique, ce sujet brûlant peut faire réagir quelques personnalités citoyennes, solidaires et responsables, afin de changer une situation hypocrite et scandaleuse.
Oui, je veux donner pour les autres!
Au risque de vous surprendre, je sais lire, écrire, compter, je vote et je peux même procréer.
Le principe de précaution empêche-t-il d'aimer et de donner la vie?

Je souhaite que vous, lecteurs, donniez votre avis, fassiez votre petite enquête, contredisiez mon propos... Bref, discutons et brisons cette insupportable hypocrisie.

Pour conclure, donnez votre sang et vos plaquettes, la vie de milliers d'enfants et d'adultes en dépend! Cliquez sur les liens ci-après: l'EFS et l'association Laurette Fugain. Ils vous indiqueront où et comment donner.

16 commentaires:

alan a dit…

L'exclusion des homos du don du sang est absurde, cela se concevait quand l'agent était peu ou pas connu au début de la pandémie mais Dieu merci la science a fait des progrès. Les gays ont payé un lourd tribu, ils étaient c'est vrai dans les années quatre-vingt les principales cibles du virus et les principaux vecteurs. Les temps ont changé et la contamination n'est plus l'apanage de tel ou tel groupe de population. Le cancer gay n'est plus. Tous les sujets en période d'activité génitale sont potentiellment porteurs du virus, pourquoi faire plus confiance à un hétéro qu'à un homo, à un blanc plutôt qu'à un noir...
Cela s'appelle de la discrimination et de ce fait passible des tribunaux. Il conviendrait d'interpeller la HALDE dont les affiches ont fleuri dans le métro ces dernières semaines pour commencer...

ohlebeaujour a dit…

Merci Alan pour ton commentaire. Me permets-tu de signaler que tu es médecin et que donc, tu connais le sujet?
Figure-toi que l'EFS a mis dans sa poche la HALDE.
voici ce que m'a répondu l'EFS à propos de la HALDE:
"la Haute Autorité contre la Discrimination et pour l'Egalité (HALDE) a considéré que l'exclusion des homosexuels masculins du don de sang ne «représentait pas un refus d'accès à un bien ou à un service », puisqu'elle était uniquement dictée par la sécurité du receveur (décision 2006-17, du 06
02 2006).
Voilà ce que j'appelle du politiquement correct, du verbiage scandaleux et accepté!

Que faire?

Anonyme a dit…

C'est malheureusement une triste vérité que décrit Laurant sur ce blog, nous vivons en pleine hypocrisie sur le sujet du don du sang...
Sous prétexte que la population gay ou lesbienne est -à risque- on nous exclut de la possibilité de donner? Pour ma part je pense que la population hétéro est elle aussi à risque car je vois autour de moi des gens qui ne font plus attention...
Un exemple d'une -amie- qui appelait les homos les -shbebs- (je ne connais pas l'orthographe exacte) m'a fait un jour une leçon, tu dois faire gaffe! vous les shbebs vous faites n'importe quoi!
Cette fille 2 ans et demi plus tard se vantait, après avoir découvert les joies des sites de rencontre genre meetic, de se faire 2 mecs dont un régulier, un avocat marié... et cerise sur le gâteau, sans capote avec ce dernier!
Je me suis retenu de lui rappeler sa leçon de morale passée...

Si je ne me trompe, les chiffres de la contamination touche autout (voir plus en nombre) d'hétéros, et comme le dis Laurent, ils ne font peu l'effort de faire un test, et le découvre que 1 ou 2 ans plus tard...

Non les organismes étatiques se foutent un peu de nous sur ce sujet... ils devraient par exemple demander à tous les hétéros qui viennent donner, s'ils ont fait un test récemment...

Tony, qui est aussi fâché sur le sujet que Laurent...

Anonyme a dit…

je suis donneuse de plaquettes depuis peu et quand tu m'as dit, Laurent, qu'ils te refusaient ce don, j'ai été offusquée. Mais là vraiment avec ce qu'ils t'ont dit ou écrit il faudrait fare intervenir les médias ou du moins le faire savoir haut et fort !!!
Continue à te battre et nous nous battrons ensemble contre l'injustice et la discrimation.
Delphine, ta copine de primaire

Jo a dit…

Dans ce que je savais : le sang que l'on donnait
ou tout autre don était préalablement analysé avant d'être transfusé ou transplanté... (et je croyais naïvement que les tests scientifiques actuels permettaient de le faire rapidement et aisément...).
Mais je ne suis pas une "scientifique" non plus...

Si je comprends bien, cela reste du domaine purement "déclaratif" par rapport au questionnaire auquel on est soumis lorsque l'on fait un don ?

Je ne vois pas très bien où réside alors le principe de précaution ?
Comme tu dis, on peut avoir une maladie sans qu'elle ait été encore diagnostiquée et tout innocemment la tansmttre par mon "don"... sans parler bien sûr des maladies non encore connues par les scientifiques.

La prochaine fois : je poserai franchement la question de la finalité du questionnaire...

ohlebeaujour a dit…

Hello Jo, pour répondre à ton commentaire, oui cela reste purement déclaratif... le formulaire rempli est un des filtres, le premier filtre.
Pourquoi je parle du principe de précaution: parce que justement, en éliminant le plus de "risques" potentiels on est dans le principe de précaution... il me semble.

Et je m'interroge sur l'action: mentir par omission pour donner aux gens qui en ont besoin. Je sais en mon âme et conscience que je ne suis pas à risque sur les critères qu'ils définissent comme éliminatoires. Donc, je pense donner mon sang et mes plaquettes malgré tout. Donc mentir. Mais agir et servir la cause.

laurence a dit…

..mais comment est ce possible ??? Comment des associations telles que celles que tu cites peuvent faire preuve de discrimination, surtout de cet ordre là.

Je crois que si je n'avais pas été assise ...

Comment réagirait la maman d'un enfant qui attend son don de plaquette à une tel argumentaire, peut elle se satisfaire d'un principe de précaution ?

...je n'en reviens pas...
etre contraint de mentir pour faire preuve d'humanité, si c'est pas beau comme monde ?!

laurence a dit…

Ton article vient de partir sur l'email d'une journaliste de France 3 (la cousine de la cousine de la ...). Bref, il n'est pas possible de se taire.
Je me lève, je m'offusque, j'ai les yeux qui sortent des orbites ... et je pense à ces personnes qui attendent sagement, dans la douleur et l'angoisse, celles qui attendent que des têtes bien pensantes daignent leur donner ce qui les maintiendra en vie.

Des têtes bien pensantes et moralisantes, hétéro de surcroît, qui ne se privent pas à l'occasion de s'envoyer en l'air avec la secrétaire (sans capote bien sûr, c'est une personne de confiance Jeannine!)... mais oups, je m'égare.

Prends soin de toi ... et merci de prendre soin des autres.

Une Maman a dit…

Bonjour je suis aussi anéantie par votre article.
Ma fille a eu une Leucémie et a reçue de nombreuses transfusions sanguines et je peux vous dire que lorsqu'on a besoin de sang pour continuer à vivre , on n'en a rien à faire de la pratique sexuelle du donneur, de sa couleur.
On remercie simplement du fond du cœur le donneur qui a bien voulu donner un peu de lui .
Moi même on m'a mis dans une catégorie parce que mon poids actuel qui est de 48 kilos ne correspond pas aux critères de sélections pour être donneur.
A croire qu'en France on ne manque pas de sang.

Laurent Delpit a dit…

bonjour "une maman a dit"
votre message me touche beaucoup et m'incite à agir, mais quoi? comment? que faire? en tout cas, sur ce blog, je ne raconterai pas les activités illégales mais civiques et responsables (à mon sens) auxquelles je m'adonne de temps en temps.
Cela s'appelle la désobéissance civile.
Que la vie vous soit clémente!
Bise affectueuse d'un inconnu (pour vous)
Laurent

Laurent Delpit a dit…

j'ai honte, j'ai oublié de saluer et de remercier Laurence pour sa contribution à la "cause", continuons le combat. du nouveau sur ce blog ou ailleurs, je l'espère.
bise à toi Laurence
Laurent

saint-loup a dit…

En Argentine les homosexuels sont interdits par la loi. Il faut remplir un formulaire où on doit informer -sinon "confesser"- sa sexualité; et si on est hétéro et célibataire, il faut "jurer" qu'on n'a pas changé de couple, au moins, pendant la dernière année.
Malheureusement ils ont oublié de mettre de la place pour les hétéros mariés qui couchent "hors du foyer" ainsi que pour les "hétéros mariés qui couchent avec des homos"...
Tu vois Laurent, l'absurdité elle aussi est une maladie universelle.

Mindy a dit…

This is great info to know.

JJ's a dit…

Bonjour, je comprends bien la frustration que cette décision peut créer et je suis un opposant clair à toute forme de discrimination.
Mais en l'occurrence, je crois que je suis d'accord avec la décision en cours, si deux faits sont v rais:
1-les proportions de porteur du virus (qui sont celles reportées dans l'article du monde) sont 0.2% chez les hétéro et entre 10% et 18% chez les homos.
2-il n'y a pas de test fait sur le sang donné (effrayant si c'est vrai!)
Les commentaires offusqués sur ce site rapportent, des individus hétéro aux comportements risqués, des individus homo des plus prudents, ce ne sont pas des statistiques encore moins des arguments ! Il n’y a pas de condamnation généralisée. Ce qui compte c’est le risque réel au sein de sujet appartenant à une population identifiable.
Si il y avait une question pertinente qui permettrait de réduire les risques d’une meilleure façon que celle de la sexualité, j’espère qu’on l’utiliserait. Mais, scientifiquement, la question de la sexualité pratiquée réduit le risque de 50 à 100 fois ! Trouvez une meilleur question, prouvez (avec des chiffres pas des exemples à la con) qu’elle est plus efficace, et avançons !
Enfin d’un point de vue sanitaire, il faudrait connaître les couts : quel est le manque de sang que représente cette interdiction ? combien de gens meurent faute de transfusion ? combien couterait un test systématique du sang donné (en euro et en litre de sang perdu) ? Bref il serait utile au débat d’avoir en main les éléments rationnel de la décision.
Pour finir, je ne suis pas très à l’aise à défendre un point de vue probablement partagé par la plupart des fachos, et je comprends que quand on a été, et est toujours victimes de toutes sortes de discrimination, on veuille se battre systématiquement, mais dans ce cas précis, je ne trouve pas que le combat soit justifié (par opposition au droit au mariage, au droit à l’adoption et autres…).

CyCee a dit…

Moi, en mon âme et conscience je mens quand on me demande mon orientation sexuelle je le fais la rage au ventre

Dagrouik a dit…

je peux pas donner mon sang, par contre on m'a consseilé de donner mon coeur au cas où !