15.4.08

nos lèvres scellées


nos lèvres ont voyagé

vingt-quatre heures

je garde ton sourire

au creux de mon cœur

je caresse ton âme

et soupire


4 commentaires:

St Loup a dit…

J'ai adoré ce poème. Se promener tout au long de la peau de l'être aimé, c'est quelque chose de sublime.

Laurent Delpit a dit…

aussitôt écrit, aussitôt lu, aussitôt commenté, st loup, tu m'impressionnes
amicalement :o)

(il va sans dire - mais je le dis quand même - suis-je bête - que ton compliment me touche beaucoup)

Delphine a dit…

Oui mon Laurent, toujours bouquinovore... Viens voir mon blog, tu verras... Merveilleux poème qui fait rêver et qui donne envie de fermer les yeux pour penser à l'être aimé... Continue à écrire, c'est vraiment très beau...
Bises

Anonyme a dit…

Ton ombre est là

dans ma tête

j'ai mis tes yeux

car j'y vois plus clair