13.4.08

J’aime Paris


J’arrive à la gare Montparnasse jeudi à 15h. Je marche sur le boulevard Edgard Quinet, nous pose, moi et mes valises, sur la petite place où commence la rue de la Gaîté, la rue des théâtres. Six mois que je ne suis pas venu à Paris. Au premier juillet 2008, ça fera 10 ans de vie parisienne, avec une parenthèse albigeoise. Pas de bancs publics – il ne manquerait plus que des vagabonds y posent leurs fesses. Je m’assoie sur le porte-bagages d’une carcasse de vélo attaché à un arbre. J’inspire, j’expire. J’aime Paris.


Vendredi matin, l’émotion m’a cueilli là où je ne m’y attendais le moins. Chez le coiffeur. Pour la première fois, Michèle me coupe les cheveux (utilise la tondeuse avec davantage de brio que moi). Ça fait trois ans qu’elle travaille ici. Et je ne l’ai jamais vue. Aujourd’hui, exceptionnellement, ça n’est pas la patronne qui s’occupe de moi, mais Michèle. Souvent je redoute cette heure où l’on « doit » presque entretenir une conversation avec sa coiffeuse. Ce vendredi 11 avril, le courant passe. Nous parlons vrai. J’évoque une partie de mon parcours chaotique. Elle me dit : vous êtes un aventurier.
Euh...
Dans un monde qui traite ses hommes et ses femmes comme des malpropres, elle aussi a eu sa « dose ». Elle aime mon récit, me dit : « je vais vous aider. » « Vous êtes très sensible… et parfois, vous devinez les pensées des gens, non ? » A la caisse, alors qu’elle me demande mon numéro de téléphone, je surprends des larmes qui roulent sur ses joues. Nous sommes dans un échange incroyable et déroutant. Je lui prends la main, lui souris de tout mon cœur et lui dis à bientôt.



(photo:
Paris, rue Fondary, 15ème arrondissement)

Pendant que j’étais parisien, Nicole assistait au vernissage d’une exposition sur des œuvres aborigènes. Gabrielle l’introduit auprès d’un notable de la région : « Je vous présente une femme exceptionnelle. » Je sais qu’elle n’approuverait pas que je te le dise, mais ça me conforte dans l’idée que je dois te raconter Nicole. J’émaillerai ce blog de petites histoires extraordinaires.


P.S. je suis parfois obligé de préserver l’anonymat de certaines personnes. En revanche, Nicole est la vraie de vrai, l’unique Nicole Hibert que tu as déjà « rencontrée » dans ce blog; elle mérite que tu la connaisses. Mon petit doigt me dit qu’elle a inspiré le personnage d’un roman à sortir bientôt (je te tiens au courant).




(photo: Paris, quai de Valmy, 1
0ème arrondissement)

Ce week-end, je n’ai présenté que la première soirée du 1er festival d’Arts Martiaux de Chatenay-Malabry (92290). Un événement malheureux m’a empêché de poursuivre l’aventure (samedi et dimanche). Merci à Jean-François Lenogue pour m’avoir permis de découvrir un univers que je ne connaissais pas : de l’Aïkido (l’école d’Alain Chapon) et l’Aïkido Club dirigé par Marc Bachraty au VovinamViet Vo Dao (par Serge Crozon-Cazin), en passant par le Quan Ki Do (dirigé par André Moudingo), la Boxe Thaï (Tiger Thaï de Chatenay avec Aziz et ses acolytes dont je ne veux pas écorcher leurs noms), le Tae Kwon do, le Kung Fu, je croise le champion du monde Hoang Nghi (je lui ai même demandé un autographe…), le multiple champion Minh Dack, l’étonnante « boxe de l’homme ivre » : le Zui quan (prononcer zui tchuan) démonstrations par Sébastien Mucret, et bien sûr le Vo-thuat dirigé par Jean-François Lenogue, grand organisateur de la manifestation… je ne peux hélas pas citer tout le monde. Merci à toute l’équipe de Vo-Thuat, Caroline, et à tous les champions (officiels et élèves) qui m’ont impressionné par la maîtrise de leur art et leur désarmante gentillesse.

Sans transition...

Je m’inscris en faux contre le slogan de priceminister.com : « devenez radin ». Je doute qu’il y ait de l’humour derrière cette injonction – plutôt le cynisme de l’époque. Mais… l’époque a bon dos. Je rectifie : le cynisme des gens (certaines gens). Les clients (vendeurs et acheteurs) ne sont pas radins, ils sont fauchés. Nuance.

7 commentaires:

Delphine a dit…

Je suis ravie de te revoir parisien... Tu nous manquais même si tu étais là par la pensée... A bientôt de te revoir... Ta copine de Prigonrieux.

julie a dit…

Tu as l'air d'être assez doué pour les relations - du moins rencontres - particulièrement intenses avec les gens. J'aime les gens et les rencontres. C'est beau, quand ça arrive. Je trouve ça formidable d'arriver à toucher les gens, d'être capable d'entreprendre une vraie filature, juste comme ça, un lundi, pour la curiosité insatiable de comment sont les autres... ^^ j'admire.

pascal mary a dit…

c'est bien tout ça mais alors t'as pas eu le temps de prendre un verre avec les copains???
bon la prochaine alors!
Bises
Pascal

Laurent Delpit a dit…

@ Delphine, ça faisait un bail que je ne t'avais pas lue, toujours bouquinovore?

@ Julie
la vie sans rencontres serait bien fade / quant à la filature, tu dois faire référence à un vieil article / faut quand même avoir un grain pour suivre des gens...
anyway...

@ Pascal
ça n'est que partie remise / j'espère que tes concerts attirent les foules

Marielle a dit…

Un de mes dictons préférés : "C'est pas parce qu'on est fauché, qu'il faut être radin !". Du panache, que diable... Si les créateurs de PriceMinister pouvaient relire "Cyrano de Bergerac" (on peut rêver), ils toucheraient du doigt ce que j'appelle l'élégance du désargenté...

Anonyme a dit…

salut c sebastien mucret de cette fameuse demonstration

y'ai mis des videos sur le net

http://www.dailymotion.com/visited/saintbastino/video/x6qpel_kung-fu-la-boxe-de-l-homme-ivre-zui_sport

bon la calité c pas sa mais je geste y est

by a+

Anonyme a dit…

Plusieurs videos de QwanKiDo par André Moudingo CN 3eme dang sont sur youtube. By a tous