27.6.08

le vrai faux-mariage / the mock marriage


English version below

Eté 1997

C’était l’époque où Babby et toute la clique du centre de loisirs où je travaillais faisions des bringues du tonnerre (chansons, déguisements, strip-teases, surprises… j’ai le souvenir d’avoir bavardé avec une amie jusqu’au bout de la nuit, perché sur la branche d’un arbre). La joie coulait à flot.

Un soir, je lance une idée. Pourquoi nous n’organiserions pas un mariage ? Avec tout le folklore qui va avec, et sans les emmerdements. Un vrai-faux mariage où nous inviterions seulement ceux dont nous souhaitions la présence. Qui marier ? Le con qui propose l’union sacrée, pardi !

Et c’est parti pour les préparatifs, les invitations et tout le barda. La municipalité nous prête la salle des fêtes (sans savoir ce que nous y ferions). Nous décidons de demander aux convives de participer aux frais. Pour la modique somme de 50 francs, nous avions la boisson et un repas pantagruélique (mijoté avec amour par la maman d’un ami). 60 invités triés sur le volet. Et une personne à qui nous avions fait croire qu’il s’agissait d’un authentique mariage.

Il faut dire que tout était là pour faire illusion. La jonchée, l’adjoint au maire drapé de son écharpe tricolore, les carnets de famille, le registre et tout et tout. J’avais demandé à ce que l’on s’habille « extravagant ». Imaginez la tête des gens lorsqu’ils nous ont vus défiler dans les rues du village. A mes parents : « venez ! je ne risque pas de me marier pour de vrai de sitôt. »

La mariée et moi n’avions pas 2 témoins, mais 15 chacun. Et les âneries que l’adjoint a docilement débitées (nos vraies-fausses professions, adresses, renseignements tous plus farfelus les uns que les autres). A ma plus grande surprise, l’émotion m’a cueilli. C’était du faux. Mais la fête, l’amitié, les rires, la complicité, étaient réels.

Quelques années plus tard, nous avons su que l’adjoint au maire s’était fait taper sur les doigts pour avoir participé à cette mascarade.

La musique que nous avions choisie pour la marche nuptiale / the song we chose for the wedding march :

The mock marriage

Summer 1997

It was the time when Babby and the clique of friends with whom I worked at the leisure centre organized the greatest parties ever (songs, dressing up, strip-teases, surprises… I remember having discussed until the wee hours of the morning, perched up on a tree branch). Joy flowed freely.

One night, I came up with an idea. Why not organizing a marriage? With all the razzmatazz that comes with it, and without the damned hassle. A mock marriage where we’d only invite the people we wanted to be there. But whom to marry? The schmuck who had the idea.

And so we began preparing everything, the invitations and all the stuff. The municipality lent us the village hall (without knowing what we’d do inside). We decided to ask the guests 50 francs with which we managed to have the drinks and a pantagruelian dinner (cooked with love by a friend’s mum). 60 hand-picked guests. And one person we made believe until the end it was an authentic marriage.

I must admit everything gave the illusion it was a real one. The swath (the path made of flowers petals), the deputy mayor and his blue, white and red sash, the official papers and all. I had asked everyone to dress up in fancy clothes. Just imagine the faces of the people when we walked in the village streets. I had told my parents: “Come! There’s no chance I’ll ever get married.”

The bride and I didn’t have two witnesses but 15 each. And the foolish declaration the deputy mayor kindly stated (our fake professions, addresses, eccentric information…) To my astonishment, I was moved. Everything was false. But the party, the friendship, the laughs, the complicity, were real.

A few years later, we learned that the deputy mayor had got bawled out because he had participated in this masquerade.

21 commentaires:

F@bF@b a dit…

la vie est trop courte pour ne pas s'amuser ! Laurent je te trouve d'une elegance !!!! quant a la mariee et son lierre ... ;)
Sais-tu qu'ici, en Grece, on dit que le lierre porte malheur (heureusment donc que c'etait un vrai-faux-mariage !

La Trollette a dit…

Ha ha ha ha! La musique! MOUARF!

Je lis ton récit et je me marre... je me rappelle mon mariage... un vrai... durant la cérémonie duquel on a bien ri... avec les vrais noms (mon second prénom a déclanché l'hilarité générale), le vrai adjoint hilarant malgré lui...
Comme quoi.. la réalité dépasse la fiction, c'est pas qu'une expression!
;o)

PS: et la seule personne qui était censée y croire, elle y a cru?

Plume a dit…

J'ai assisté à un vrai-faux mariage une fois aussi le plus gai et le plus sympa auquel je n'ai jamais été !

Bonne initiative et quel souvenir j'imagine !

lili a dit…

http://profile.myspace.com/vraifauxmariage
si tu ne connais pas et que tu les croises sur ta route, fonce !! ;)

Julie a dit…

^^ trop drôle ! est-ce que tu es resté en contact avec la personne que tu as "épousée" ? Je me suis mariée comme ça, y a deux ans - on avait la BO et les serments des Noces Funèbres de Tim Burton comme accompagnement, et nos profs de francais et d'histoire en allemand comme témoins.
Pauvre député du maire ^^ nan, mais t'es très beau en...turquoise pailleté... =D
A très bientôt, bisousss

Bidule* a dit…

formidable ! ^^
ce sont des mariages qui durent toujours ça !

michel a dit…

Ce qui aurait été cocasse , c'est que les " vrais-faux" mariés , avec le temps, se prenant d'affection, deviennent de "Vrais" mariés !!

St Loup a dit…

WOW! The Love Boat!! Smashing!!
LOL

egantique a dit…

Merci Laurent, merci beaucoup pour le ... Je l'ai reçu hier et ça m'a beaucoup touché. Merci beaucoup, t'es un ange. Bien à toi.

antigone a dit…

J'aime beaucoup l'idée !!

sophie (des grigris) a dit…

Est ce seulement un souvenir amusé et joyeux ....
On sent une certaine nostalgie d'une époque révolue...
Dis Laurent tu ne montes plus sur les branches ?
Une chose est sure j'aimerais d'autres détails
je veux bien un numéro 2 comme pour Louis et ses larcins !!!!

tarmine a dit…

marrant...
et tu as fini par le faire en vrai?

Delphine a dit…

Cela devait être une belle fête et amusante... Je te découvre de jour en jour, mon copain de l'école primaire... Tu es vraiment un garçon à connaître !!! Merci pour tous ces mots...
Ta copine de primaire, Delphine

Laurent Delpit a dit…

@ F@bF@b
Tu m’auras appris quelque chose. N’ayant pas de nouvelles de la mariée, je ne sais pas si la cérémonie lui aura porté chance ou pas…

@ La Trollette
On voulait une musique emblématique ! Kitshissime ! Pour répondre à ta question : oui, la personne y a cru jusqu’à la moitié de la soirée.

@ Plume
Souvenir impérissable ! Plus de nouvelles de la mariée, ni des témoins… du moins, d’une partie ! [rire]

@ Lili
Je cours voir leur myspace de ce pas.

@ Julie
Alors alors, ce bac ?
Non, pas de nouvelles de la mariée. Merci pour les compliments que je transmettrai à la boutique de location de costumes.
Bisous itou

@ Bidule
Et puis, on n’a pas consommé…

@ Michel
Il aurait fallu que les mariés se connussent :o)

@ Saint-Loup
Je vois que tu aimes la belle musique.

@ Egantique
Avec plaisir !!!

@ Antigone
Moi, j’aime beaucoup ton blog… il faudra que je trouve du temps pour lire les livres que tu évoques.

@ Sophie
Je ne suis pas nostalgique, non. J’avais matière à raconter une histoire sur ohlebeaujour. Une histoire illustrant mon grain de folie que je m’efforce de cultiver. Non, je ne monte plus sur les branches. Ah, si ! sur le chêne qui se trouve sur ma promenade, à côté de chez mes parents. Je lui dis bonjour, je lui parle et je lui monte parfois dessus. En général, je préfère m’asseoir au pied de l’arbre et contempler les prés, le paysage.
D’autres détails ? Tu es bien exigeante ! Je vais triturer mon cerveau et invoquer ma mémoire.

@ Tarmine
Un vrai ? Non. Déjà, il faudrait qu’en France on légalise le mariage entre personnes de même sexe. Et ça n’est pas demain la veille.

@ Delphine
Content de te lire, bisous albigeois.

Anonyme a dit…

demain j'appelle la mariéee pour lui dire combien elle était belle, et j'appelle le marié pour lui dire combien il était beau !
...et Kadija pour lui dire combien il était bon son couscous !

babbynette t'attends pour regarder les photos à Bergerac

Laurent Delpit a dit…

@ anonyme
alors là, je reste baba ... j'oublie toujours (honte à moi) que des amis et des connaissances lisent mon blog (vous avez le droit de me flageller sur la place publique): kidonc a les numéros de la mariée, du marié et de la marmitonne?
ça... je reste baba (je radote?)
oui c'est vrai qu'elle avait mijoté un excellent couscous
je serai à Bergerac autour du 14 juillet, cher(e) anonyme pour boire un godet avec toi

Anonyme a dit…

pardon pour les fautes, la cause? l'émotion ou le rosé frais ? , plutôt le rosé, hic! bisous du marais

Igor a dit…

Vous n'êtes pas infantil un peu ? :))Idée géniale...

Laurent Delpit a dit…

@ Igor
infantile, je ne crois pas
enfant? oui, encore; c'est ce qui me permet de ne pas désespérer du monde et des gens

Igor a dit…

Oui, oui, je voulais dire plutôt ça, des enfants... En fait, même pas ça (sujet encore intéressant). Car je rigole bcp et certains gens me disent que je suis un enfant. Je suis encolère que le "rigolade" veut dire "enfant" car il faut regarder ma vie, je suis vachement plus sérieux dans certaines choses que les autres qui ont l'air très sérieux (comme qui ont mordu dans un citron...avec des visages amairs) mais c'est une catastrophe comment ils s'organisent.

Enfin, votre "mariage" était une bon éclate !!!

ohlebeaujour a dit…

au fait, où est passée ma femme?