29.12.08

floc... crac...

Sur le chemin boueux, les semelles de mes bottes en plastique font floc

Un petit vent frisquet siffle à mes oreilles

Caresse ma nuque, mes joues et mon front

Un cheval et sa jument me regardent parler à mon arbre

De leurs naseaux s’élèvent des ronds de buée interrogateurs.


- Comment vas-tu, mon grand ?

- … répond le chêne dans un bruissement de feuilles mortes.

- Tu es encore debout, c’est l’essentiel.

L’épais brouillard avale notre conversation à mots comptés.


Et je chemine le long du potager endormi

Sous mes pas, la terre givrée fait crac

Devant le feu de cheminée, je réchauffe mes doigts engourdis

Les flammes lèchent péniblement la branche que le chêne m’a donnée

Mon père sort les pains de leurs moules

Un torchon sur l’épaule, ma mère épluche les pommes de terre

Qui accompagneront les cèpes du bois d’en bas.

4 commentaires:

Eric citoyen a dit…

Ouais, ben ... miam !

indigo a dit…

Hum... ça sent bon la douceur familiale tout ça..
Bonnes fêtes à toi !

ysa a dit…

C'est joliment raconté, j'aime beaucoup...

menfin a dit…

meilleur voeux et bon appetit
miam les champignons....