12.1.09

Poules malheureuses


Les gens cherchent de ces choses sur Internet qui ne lasseront jamais de m'étonner. Un(e) internaute a tapé "poules malheureuses". Il est tombé sur mon blog. Notamment sur un billet où j'évoquais les locataires périgourdines du poulailler de mes parents. Google s'en est allé fouiller dans les commentaires pour en extraire le mot "malheureuses" et satisfaire ainsi aux désirs de l'internaute. Lequel s'inquiétait probablement de voir ses poules arborant une triste mine. Pleuraient-elles la perte d'un poussin? 
Pourquoi refuserait-on aux poules le droit de porter le deuil?
Les poules de mes parents ont, quant à elles, tout pour glousser de bonheur. Certes, parfois, ma mère oublie de les "ouvrir" parce qu'elle fait la grasse matinée. Sans doute pour se rattraper, elle les laisse gambader dans le potager de mon père. Mais elle les nourrit d'amour, d'eau fraîche... et de graines biologiques. Et mon papa qui a fabriqué une cabane et délimité un second enclos pour qu'un couple séjourne à part... 
On ne touche pas aux poules de ma maman! 
Je me souviens encore de ce jour où, dans le village où j'ai grandi, un voisin s'est plaint à la mairie. Il a fallu qu'elle tue tous les beaux pigeons qu'elle avait élevés.
Mes parents ne les gardaient que pour leurs oeufs... et pour la compagnie.

3 commentaires:

MARIE a dit…

Bah c'est agréable d'être une poule chez tes parents ?
Mais le coq il est où ? ;o)

En plus comme on est en l'an oeuf ...

Bonne soirée ...

françois b a dit…

Au Canada, une copine avait la solution idéale pour éviter que les poules soient malheureuses. Elle utilisait de petits fruits pour fabriquer son vin mais lorsqu'elle se débarassait des résidus, elle avait la mauvaise habitude d'expédier le tout sur le territoire des poules. Tu imagines la suite.

indigo a dit…

Doit être "ravi" ton père de voir les gallinacés gambader entre salades et radis...:d))